« La constitution autorise les magistrats à exercer leurs tâches en toute Independence », Mohamed Diawara, Juge d’instruction

« La constitution autorise les magistrats à exercer leurs tâches en toute Independence », Mohamed Diawara, Juge d’instruction

De l’avis de bon nombre de personnes, la justice guinéenne à l’instar d’autres justices africaines et internationales est sous l’influence du pouvoir exécutif. Beaucoup parlent d’immixtion des autorités dans les affaires judicaires à tous les niveaux.

Suite à une sortie médiatique d’un député de la mouvance présidentielle la semaine dernière traitant  les magistrats de tous les noms d’oiseaux, le président de l’association des magistrats de Guinée, Mamadou Aly Thiam a menacé de poursuivre ce député, mais aussi envisager des poursuites judiciaires contre toutes autorités qui s’immisceraient dans une affaire judiciaire.

 

????????????????????????????????????

Mohamed Diawara, juge d’instruction au tribunal de première instance de Kaloum qui a appris cette nouvelle a réagi sur sa page fecebook. Selon le magistrat, la loi autorise les magistrats d’exercer leurs taches avec autorités et en toute indépendance comme d’autres pouvoirs.

 

 

« Ecoutez, écoutez, écoutez… l’acte juridique suprême de l’Etat qui autorise les autres pouvoirs à accomplir respectivement leurs tâches avec autorité et en toute indépendance, c’est ce même acte qui autorise les magistrats à exercer les leurs avec autorité et en toute indépendance. Donc, si ce que vous dites est vrai, je trouve inconcevable, inadmissible et inacceptable qu’un magistrat se laisse influencer par quiconque dans la gestion des procédures judiciaires.

Nous tirons notre légitimité de la constitution qui l’a voulue indépendante et impartiale, principes qui s’imposent aux autres pouvoirs », a déclaré Mohamed Diawara.

 

 

En l’espèce, d’après le magistrat, l’Etat a l’obligation à ce que nous puissions nous acquitter de nos fonctions professionnelles en toute liberté, sans crainte, sans ingérence, sans faire l’objet d’intimidation, de harcèlement, d’aucune sorte et sans devoir assumer, de quelque façon que ce soit, une responsabilité civile, pénale ou autre sauf les cas de fautes professionnelle ou disciplinaire.

Avant de conclure, il a lancé un appel aux magistrats en ces termes : « Je profite de l’occasion, pour convier les magistrats de l’Afrique, principalement ceux du siège, à se débarrasser de tout complexe à l’égard des politiques, de croire en l’avenir. Il revient indubitablement à chaque magistrat la responsabilité de faire valoir, au besoin, de revendiquer régulièrement le respect du principe constitutionnel à l’indépendance du pouvoir judiciaire, ne serait-ce que par des décisions courageuses et motivées.

Mettre fin à la justice impuissante si elle existe bien sûr, face à la recrudescence de la criminalité transnationale organisée, à la croissance de l’impunité et de l’insécurité dans nombreux Etats du monde, doit être le combat de chaque magistrat de la nouvelle génération à partir du moment où la politique pénale internationale, à date, en tient considérablement compte ».

Daouda Yansané

 

 

    Leave a Reply

    Your email address will not be published.*