Conakry : Lancement de la Campagne de vaccination basée sur le risque contre la rage

Conakry : Lancement de la Campagne  de vaccination basée sur le risque contre la rage

Ce Lundi 26 Août 2019 à Conakry, les locaux de la commune de Matoto ont abrité au lancement de la campagne nationale de vaccination basée sur  le risque contre la rage en République de Gunée. Présidée par le ministre de l’élevage, Patrick Milimono, cette importante cérémonie  s’est déroulée en présence de plusieurs personnalités  notamment, le maire de la commune de Matoto, les élus locaux  de la commune, le directeur général de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire, le représentant de la FAO,le représentant de l’Institut pasteur de Guinée, le représentant de l’OMS ,les directeurs nationaux des services déconcentrés etc.…       

 

Prenant la parole, le maire de la Commune de Matoto,Mamadouba Tos  Camara, a d’abord fait savoir que sa commune est parmi les zones les  plus affectées par la rage avant  de  déclarer : « Le choix de notre commune Matoto, la plus grande collectivité guinéenne, traduit à suffisance l’attention que le gouvernement guinéen accorde à la préservation de la santé des laborieuses populations de Matoto. On ne peut pas entretenir cette santé si nos animaux domestiques ne sont pas débarrassés de certaines maladies à haut risque et transmissibles à l’homme. C’est donc pour moi l’occasion solennelle d’inviter les populations  de la  commune à se mettre à la disposition des agents vaccinateurs pour faciliter cette opération de santé publique », a-t-il déclaré.

 

 Avant d’affirmer que les dispositions seront prises dans les  services déconcentrés afin de sensibiliser la population par rapport  à la gestion de ces animaux domestiques qui parfois si ils ne sont pas  bien entretenus deviennent une menace pour la santé des populations.  

 

Roger  Patrick Milimono,ministre de l’élévage , a  précisé que cette campagne va concerner quatre localités dont la commune de Matoto ,les  préfectures de Faranah ,N’Zerékoré   et Boké.

 « Pourquoi ces quatre (4)  localité de la guinée ? Parce que ce sont des localités qui sont les plus infestées. Des cas de morsures avec un taux positif de 16 cas sur 22 transmis au laboratoire. Ces chiens étaient affectés de rage et donc, les personnes qui étaient mordues, étaient automatiquement affectées de rage », a affirmé le ministre de l’élevage.

Avant d’ajouter qu’il fallait prendre les précautions en leur donnant des soins appropriés.

 « Il faudrait que je vous dise qu’il y aura une autre campagne de vaccination dans deux mois. Cela va couvrir plus de localités que ce que nous lançons aujourd’hui. Cette campagne de  vaccination est essentiellement sur le budget national et elle est gratuite », a fait savoir Patrick Milimono.

 Avant d’inviter   les éleveurs des animaux domestiques   de prendre soin de leurs animaux de compagnie.

  Poursuivant, le ministre   a  dit : « Pourquoi  on ne fait pas l’abattage  massif des chiens errants ? D’abord au niveau international. , il y a des textes auxquels nous avons souscrit et  qui interdisent l’abattage  massif des chiens sauf en cas d’épidémie  grave au sein du pays. On ne peut pas aujourd’hui abattre les chiens comme ça. C’est  vrai, il y a la rage, mais ce n’est pas tous les chiens qui ont la rage. Et, les chiens errants, leurs  éléments  proviennent de la population même. Parce que, ce sont les populations  qui élèvent ces chiens  et les abandonnent   dans les rues ».

« Il faut que s’informe les populations qu’il y a des textes qui interdisent l’élevage des animaux quand vous êtes dépourvu de moyens pour les entretenir. Il faut pouvoir le nourrir chez vous, parce que quand le chien sort pour aller se nourrir, il est exposé lui d’abord   à des maladies comme la rage par exemple. Lorsqu’il mord quelqu’un c’est le propriétaire du chien qui est le seul responsable de  ça et normalement  il doit être traduit devant les tribunaux compétents pour  répondre devant la loi », a rappelé le ministre  dans son discours.

Le représentant de l’OMS,  a  d’abord remercié les partenaires techniques et financiers avant d’adresser ses  sincères  remerciements  au gouvernement de la Guinée  en particulier le ministre de l’élevage pour avoir permis  de soutenir  l’organisation  de cérémonie officielle de lancement de la campagne de vaccination basée sur le risque  contre  la Rage en Guinée. « Comme vous le savez, la rage est une maladie infectueuse d’origine virale qui est presque toujours mortelle une fois que les symptômes sont apparus. Dans une proportion allant jusqu’à 99% des cas chez l’homme. Cette maladie est transmise lors de la morsure des animaux infectés. La rage est présente sur tous les continents. Mais plus des 95 % des cas humains et mortels   viennent en Asie et en Afrique. La rage fait partie des maladies tropicales négligées  puissante surtout sur des populations les plus vulnérables vivant en milieux ruraux isolés. Malgré que les produit et vaccins sont disponibles mais ces produits  ne sont pas  disponibles pour ceux qui en ont besoin », a précisé le représentant de l’OMS.

Avant de  réitérer  l’engagement de l’OMS à soutenir la  guinée à travers son    ministère de l’élevage  pour  combattre  efficacement  la maladie de la  rage.
 
Sylla Ibrahima Kalil pour www.conakrynews.org 625444534

    Leave a Reply

    Your email address will not be published.*