Lutte contre la pauvreté et le sous -développement en Guinée : Le Directeur Général du DDI salue les efforts du président Alpha Condé

Lutte contre la pauvreté et le sous -développement en Guinée : Le Directeur Général du DDI salue les efforts du président Alpha Condé

A l’occasion de l’an 61 de notre souveraineté nationale, notre rédaction a tendu le   micro  au  Directeur Général du Service des Déclarations Descriptives  Des importations (DDI)   M.Diaty Condé,   qui a   donné ses sentiments par rapport à cette date historique et il en  profiter  également pour saluer les efforts du président Alpha Condé dans le cadre de  son combat  contre le sous-développement  et la pauvreté   en Guinée.

 

 

Interrogé, le Directeur Général du Service Des Déclarations Descriptives  Des importations (DDI) ,M.Diaty Condé  a  déclaré : «  En tant que Guinéen, c’est un sentiment  de fierté. Nos  parents n’ont pas eu  la  chance de vivre cette liberté. A leur temps c’était l’esclavage, le travail forcé et  des corvées de toutes sortes. Grâce à nos pères libérateurs, le ‘’feu Ahmed Sékou Touré et ses compagnons, la guinée est aujourd’hui politiquement libre mais pas économiquement », a déclaré le directeur Diaty Condé.

 

Avant de    lancer un appel pressant  à tous  nos compatriotes de soutenir le président Alpha Condé  dans son combat pour le bien  être  des guinéens. «  Le président Alpha Condé est entrain  de mener une lutte acharnée contre le sous-développement et contre la pauvreté  au sein de notre pays. Tous les guinéens doivent l’accompagner dans ce sens. Comme l’a s’y bien dit le  ‘’feu ‘’ Ahmed Sékou Touré « Tout Indépendance  politique  sans indépendance économique n’est  qu’un l’ère ». Donc notre combat principal doit être mené  contre la pauvreté  pour que nous puissions gagner notre indépendance économique », a fait savoir le   Directeur Général.

 

 

Parlant de la liberté en matière d’écriture  en guinée, il a dit « Nous avons eu la chance de vivre  les trois périodes. Au temps de  la  révolution, nous avons fait   les CER d’enseignement révolutionnaire où j’ai été  vice président de  l’école primaire jusqu’à l’université. Ensuite  au temps de ‘’Feu Général Lansana Conté  et le Temps du Prof Alpha Condé. Au temps de la première République c’était la centralisation, la culture. Tout partait de la révolution et tout revenait  par la révolution. Donc, il y avait une liberté au sens propre du mot sur le plan  de l’écriture. Toutes les plumes  se pensaient vers les vertus de la république. Sous la deuxième République, il faut reconnaitre qu’il y a eu une libéralisation de la plume et  la  prolifération des écrivains. C’est le lieu pour moi de saluer la maison d’édition appelée l’harmattan Guinée, dirigée    par le jeune Sanoussy  Kaba , qui a beaucoup révolutionné  la littérature Africaine »,  a fait savoir  le numéro 1 du service des Déclarations Descriptives des Importations (DDI).

Pour mettre un terme à ses propos, il a signifié que  les seules œuvres au temps de la révolution étaient éditées  à l’imprimerie ‘’Patrice Lumumba’’, qui imprimait  les œuvres qui ne parlaient  que de la révolution. Mais avec l’arrivée de Sanoussy Kaba, il a édité plus d’une soixantaine de  livres.

Sylla Ibrahima Kalil pour www.conakrynews.org 625444534

.                       

    Leave a Reply

    Your email address will not be published.*