L’HISTORIQUE DU FOOTBALL GUINÉEN :SON ORIGINE ET SON EXPANSION

L’HISTORIQUE DU FOOTBALL GUINÉEN :SON ORIGINE ET SON EXPANSION

N.B :La République de Guinée a connu le football en 1925 grâce aux Missionnaires  Français et les Sierra Léonais.

Son 1er match, elle l’a livrée face aux blacks Stars du Ghana (score final 6-1 pour les Gold Coast man’s en 1959) ; l’apprentissage est difficile pour toute œuvre.

 

Le 1er capitaine de la 1ère sélection était Naby Kania. Le syli national de Guinée – the first captain. (1er capitaine Dacky M’Bor CAMARA, s’est fait remplacé par El hadj Barath CAMARA en 1961).

 

« Les différentes plaies d’une nation sont : l’ignorance, la rumeur et l’intox. » sur ce faisons beaucoup attention à toutes nos réactions à nos dires.

La fausse information est égale à la déstabilisation, la division et l’incompréhension.

 

« Sans la foi, il est impossible  de plaire à Dieu et il n’aime le désordre… »

La 1ère équipe c’est-à-dire le 1er club de football  fut la Jeanne d’Arc. Il y avait aussi dans les années 50 – 65  Mamaya  (avec leur chanson fétiche mamaya mu bakima Avion kui a singama yubê nan na korema sigafera cinquième (5ème) Dabondy, mamaya ifan kha sivilisé…) ; la SS.G ; l’Aigle noire qui était composé que des étrangers : Sénégalais ; Sierra Léonais ; Maliens etc…

  • Le 1er terrain de football se trouvait à coronthie Furtu bunyi où se trouve l’actuel P.T.

 

 

 

  • Mais il y avait aussi le stade stades de la mission;à l’époque il y avait des terrains fétiches comme : le 08 Novembre et le stade du 28 Septembre  (Coté Annexe).

NB : le stade omnisport de 28 septembre est construit en 1964 grâce à la coopération Guinéo-russe.

  • Nous ne pouvons pas parler du football ; des joueurs sans parler des communicants c’est-à-dire les (journalistes). Il y a eu des accros du micro comme : El hadj Ibrahima Mongo DIALLO qui fut Ministre de la Communication; l’inoxydable tonton Fodé; Abdoulaye SYLLA  ‘‘tout-petit’’ ; l’extraordinaire et talentueux feu Aboubacar KANTE dit Bouba qui fut le 1er à faire le duo en Afrique avec son complice qui était policier feu Pathé DIALLO ‘‘Rayon Kopa’’ ; Gaoussou DIABY ‘‘don Mike’’ ;

 

 

 

 

 

 

Les Kabinet KOUYATE ; Oumar DIENG sont venus après. Tout comme Amadou Djouldé DIALLO ‘‘Poly presse’’, qu’on revoit chez doyen Pathé DIALLO au port où il habitait,  Amadou Djouldé est venu chez doyen Pathé avec un régime de Banane et un poulet rouge. Toubab qu’il était doyen Pathé DIALLO a eut peur et il a envoyé Amadou Djouldé sur le terrain  de faire un papier de moins de 20 lignes. Il y a eut aussi le Boeing du Micro Gassimou SYLLA qui fut longtemps le correspondant sportif de L’Africa N°1 à Conakry.

  • En remontant l’histoire chers footeux (amoureux du cuir rond). Ils eurent des belles générations avant le grand HAFIA F.C qui ont connu des fortunes diverses.
  • La 1ère génération celle de feu Amara SOUMAH (le grand politique était une grande vedette de football qui jouait dans l’Etoile de Guinée entre 1927 – 1937.

 

 

 

  • 2ème génération celle du Président N’Famara CAMARA ‘’capi’’ (Ex- Président de la FEGUIFOOT) durant une vingtaine d’année. Débarqué par ses propres compatriotes.

N’Famara n’a pas pu en 1988 se présenter pour être président de la Confédération  Africaine de Football (C.A.F). En 1947 c’est sa génération qui a remporté la coupe de l’A.O.F (Afrique occidentale Française), à Dakar Trophée qu’on appelait  Lamine GUEYE). Dans cette formation victorieuse il y avait : Moulaye KOUNTA ‘‘le buteur maison’’ ;   Jolie TOURE, Doudou 12 métiers ; Saadi ; Youssouf ARIBOT ; Sèkhou SOUMAH qui fut le 1er sélectionneur du Syli National de Guinée. Sékou SOUMAH a été coprésident avec Yoro YARA etc…

  • Venons avant 1958 qui a été l’année de création de notre Syli National. Dans ce groupe de cette époque il y avait des artistes comme : SACKO Bafodé ‘‘ Mazoub’’ ou encore bien nourri ; Dacky M’Bor CAMARA; Aboubacar Barath CAMARA Pierre BANGOURA ‘‘ Master Peter’’; Fori Morlaye ; Aly TOURE ‘‘Pablo ou Papa Dökui’’ ; Amara YANSANE ; Maître latige ; Yoro – Yara ; sékou SOUMAH ; Mamadouba N’Dongo de Kouléwondy qui ratait rarement les coups de pied arrêté sauf en Algérie en 1968. Cette belle génération avait dans son écurie les bouillants – bouillants : Alsény Bilinki qui était  le footballeur guinéen le plus propre toutes générations confondues.
  • Elle nous amena aux jeux Olympiques du Mexique en 1968. Grâce aux buts de N’Dongo.
  • O Mexico 1968, la République de Guinée fut la 1ère nation noire en Afrique à participer aux Jeux Olympique perdra face aux Mexicains au stade Aztec 4 – 0 (1ère rencontre). une 2ème défaite devant la France 3 – 1 et une belle victoire face à la Colombie grâce au réserviste Bouillant – Bouillant (3 buts à lui seul).

NB : lors du stage, de l’équipe Guinéenne au Sénégal, les dirigeants  du pays de la teranga avaient recommandé de titularisé Bouillant – Bouillant le Douanier. ‘‘Paix à Son âme’’.

  • Vient maintenant l’âge d’or, l’écurie des meilleurs footballeurs du pays du Président Ahmed Sékou TOURE. 1968 – 1978 la République de Guinée enregistra des grosses performances au niveau des clubs et en équipe Nationale de Guinée.

 

Prenons le 1er exemple du Hafia F.C (un légendaire club de Conakry 2). Mais la quasi-totalité des joueurs de ce meilleur club Africain des années ‘‘1970’’, venaient de Conakry1 et Conakry 3. La Preuve 1971 – 72 (beaucoup de joueurs ont été  transférés à savoir : Mamadou Alioune KEITA n’Joléa ( paix à l’âme du goleador) qui avait rejoint le HAFIA FC en 1971 comme avant centre. Son Club de la Presqu’île venait de participer la coupe des clubs champions ;  Bernard SYLLA ; Aly Badara Kolev ; Ousmane THIAM Tolo ; Morciré SYLLA qui a joué pour quatre (04) différentes équipes à s’avoir : le football ; le volley ball ; le Hand ball et le basket Ball

 

 

Les Djibril DIARRA ; Moussa Souler CAMARA et feu Abdoulaye KEITA Bank’s sont arrivés dans le HAFIA FC avant 1974.

 Une génération dorée, l’écurie des grands footballeurs qui

sont rentrés au panthéon des grands hommes en Afrique et en République de Guinée entre 1968 – 1978. Sur le Continent toutes les sélections presque avaient peur de jouer, défier le syli de Guinée. Suivez les différentes statistiques s’il vous plait : selon le grand journaliste Malien feu Demba Koulibaly. Il avait fait une estimation et fouille au compte du HAFIA FC DE Conakry 2. En 12 années feu Demba KOULIBALY affirma que le HAFIA FC a joué 50 matchs dont 30 victoires, 14 défaites, 6 nuls ; 121 buts marqués ; 82 encaissés. Le HAFIA FC joua 5 finales. Il a été victorieux à 3 reprises, une caractéristique les Vert blanc ‘‘LE HAFIA FC’’ ont toujours gagnés aller comme retour leurs 3 finales.

 

 

En 1976  les jeux de 1968 (il y avait feu Maxime CAMARA, SANOH Mamady ; CHERIF Souleymane et Petit Sory).

NB : Ils étaient le pont entre la génération de Mamadouba N’Dongo, de SACKO Bafodé Mazoub-bien nourri et Dacky M’Bor CAMARA. La formation des années à participer à trois (3) coupes d’Afriques des Nations : 1970 au Soudan ‘‘Khartoum’’. Première participation et 1er à la CAN (signé feu Soriba SOUMAH Edenté sur pénalty à la 25ème minutes contre l’Egypte. Score Finale défaite de la République de Guinée (4 – 1).

L’Unique Ballon d’or de ma Guinée 1972 CHERIF Souleymane El Crack était dans toutes ses campagnes de la biennale du football Africain. Vient en suite 1974 au Caire, une participation mi-figue, mi- raison.  Mais un fait se produira (l’Equipe du Zaïre de feu N’Daye Moulamba débute cette compétition). Battra difficilement le Syli de Guinée. Feu Aly Badara Kolev perd sa chaussure on était à 1 but partout l’adversaire de la République Démocratique de Congo (Ex-Zaïre), un joueur jette un côté de la paire de Aly Badara Kolev avant qu’il ne revienne ils ont plantés le 2ème but qui nous coûtera et l’élimination est acquise.

  • La belle époque et dure viendra à Addis-Abeba (Ethiopie), en 1976.

Le Syli national de Guinée logé dans la poule A avec le Pays organisateur et l’Egypte. Une génération exceptionnelle et fabuleuse avec les Naby Laye CAMARA ; Papa CAMARA ; Ismaël SYLLA l’homme aux 43 poumons ; Mary KONE l’artiste. I Sory KEITA capitaine malheureux de la  CAN 1976 à Addis-Abeba, le pichichi – goleador feu Mamadou Alioune KEITA N’Jolea ‘‘Jo Right’’ qui termina meilleur buteur avec 4 réalisations. Feu Morciré SYLLA 2 buts en 1976 ‘‘CAN’’ ; l’inoxydable Bangaly SYLLA O.B.K fils du vieux Damba (une anecdote petit Bangaly O.B.K sort à la 84ème contre le Maroc (les Lions d’Atlas égalisent).Après le 1er but réussi par CHERIF Souleymane à la 7ème mn. L’égalisation Marocaine interviendra à la 86ème mn par le diable de Ahmed Baba. Mamadou Alioune KEITA N’Jolea toucha Le poteau La 89ème mn.

 

Quelque part c’était écrit que les Djibril DIARRA ; Moussa CAMARA ‘‘Souler’’ ; Aly Tastao SYLLA ; Bernard SYLLA ; KEITA Bangaly ; Abdoulaye Calva ; Ibrahima Fofana gagneraient  pas la Coupe d’Afrique des Nations.

The best (meilleur participation fut cette CAN). 4 victoires et 2 nuls 11buts marqués et 7 but encaissés.

 

Mamadou Alioune KEITA ‘‘N’Jolea’’ termine avec 4 buts dans le tournoi  s’il vous plait. Cette génération a eu la chance d’être bien encadrée, formée par les experts des pays de l’Est comme Feu BOUDAÏ (Hongrois) ; Mondulviane (Roumain) qui a transformé un défenseur droitier qui a joué côté gauche pendant plusieurs années ‘‘ Djibril DIARRA Becken’’.

 

Mais en ce moment, cette période on avait des bons techniciens formateurs aussi comme : feu Aboubacr Fofana ‘‘garincha’’ ; Maître Ibrahima Naby CAMARA ; Aly Coréen CAMARA qui amena les juniors en 1979 au japon.

Lanza Mario Djeli Mory DIOUBATE ; Yané YAYE ; El. KABA; Pierre BANGOURA ETC…

Le même  moment; la même époque ;  les mêmes joueurs des années 1970 à travers leur grand et célèbre Club HAFIA FC.

La statistique de ce club de Conakry 2 est fabuleuse, il était le berceau des meilleurs talents (une politique mise en place à l’époque par le régime du président Ahmed Sékou TOURE). Le grand journaliste Malien feu Demba COULIBALY a été le seul sur le continent à donné la vraie statistique du HAFIA (paix à son âme)

  • En 12 années selon feu Demba COULIBALY, le HAFIA FC de Conakry

Avait joué 50 matchs en coupe des clubs champions. 306 victoires ; 14 défaites ; 6 nuls. 121 buts marqués et 82 encaissés, il faut souligner que le HAFIA est resté 5 ans sans jouer une compétition africaine des clubs de 1966 à 1972 (1971 c’est Kaloum star qui avait remplacé le HAFIA). Et l’année du triplé le 18 Décembre 1977 à Conakry (but de Papa CAMARA) une souffrance terrible après l’égalisation Ghanéenne à 10 minutes de la fin. Le stade du 28 Septembre était dans un silence du cimetière. L’enfant de feu Mamadouba CAMARA et de feue Hadja M’mah Fatou (Naby laye CAMARA Papa Corso). Née en 1951 à Dakar tout comme Mory KONE marquera ce 3ème  but du HAFIA FC  de Conakry 2. Une perte de balle feu Bangaly SYLLA récupérer in-extremis par Papa CAMARA qui trompa le portier de eath of cluk du Ghana. Selon le troisième capitaine du célèbre Club HAFIA FC  Naby Laye CAMARA. Je cite, je n’avais rien compris après mon tir magistral c’est quand le public a jubilé, j’ai su que j’ai marqué. En ce moment toute la république de Guinée était en liesse. Même mère Hadja M’Mah Fatou Dinah à Babadi hadiri actuel Almamya. Feu Papa CAMARA lors d’une interview accordée à notre rédaction dans son Bureau à l’époque au port autonome. Mon plus grand regret ce Ballon d’or perdu en 1976.

 

 

  • Cette belle génération dorée des grands footballeurs clôturera à

Merveille sa somptueuse page de football. Deux (2) finales perdues 1976 en coupe des clubs champions face au Mouloudia d’Alger de ben Cheick aux tirs-au-but. Puis en 1970 devant le canon de Yaoundé de Manga Onguené.

  • De 1979 – 1989 une autre génération naissait grâce aux bons

Formateurs de l’époque feu Aly Coréen CAMARA et autres qui qualifia l’équipe junior.

  • Une année après représentera la République de Guinée en coupe d’Afrique des nations  au Nigéria. 3 matchs, 3 défaites, mais KOITA a été  le grand bonhomme de cette CAN. Belle formation avec les  Facinet CAMARA  ‘‘Bozik’’ qui est pour beaucoup d’observateurs le meilleur joueur des années 1980 prompt rétablissement à lui  et le buteur maison feu Kerfala ‘‘Kepine’’ l’enfant de camayenne. On peut retenir les grands noms de cette génération entre 1979 – 1989 comme : les artistes en défenses Aboubacar KEITA ‘‘Katumba’’, Ibrahima Sory TOURE ‘ ‘Damas ou Kondébili’’, feu Alseny DIABY ‘’Levia’’, feu Gassim Hidalgo, Amadou DIALLO, moussa karaté, feu Mamady CISSE, feu Calva 3 à ne pas confondre à FOFANA Ibrahima Calva 2 du Ministère de l’Education qui ne Jouait ni dans le HAFIA ni dans le Horoya dans les années 1970.

 

Il y avaient des merveilleux joueur du milieu et de l’attaque : Facinet CAMARA  ‘‘Bozik’’, l’homme de la situation feu Kerfala ‘‘Kepine’’, feu Aly Bado ‘‘Tostao’’ et des bons portiers de cette décennie : feu SANO Mamdy,  feu Mamoudou DIOUBATE ‘‘Copa’’, Sougourou, Siné FOFANA de Siguiri sélectionné en le 18 Décembre 1978 par le responsable suprême de la révolution le Président Ahmed Sékou TOURE. Des bons attaquants aussi comme : képine, Bozik, Lancey Coulibaly 404, Koïta, Kounta, Salifou Köyô, Alkaly N’Dour, Abou Daga etc… 

 

M’BAYE Bâ DIAGNE

                                                                                              

 Schusta

                                                                             

Journaliste Free-lance                                                                              

                                                                                     

 Almamya–Kaloum

                                                                                

622 60 28 13

 

 

    Leave a Reply

    Your email address will not be published.*