Guineegams : Mamadou Sadjo bah réclame ses 800 millions GNF

Guineegams : Mamadou Sadjo bah réclame  ses   800 millions GNF

Mamadou Sadjo Bah,un fidèle parieur de la société guineegams , le 27 juillet 2020 il a joué dans un kiosque à Lambayi à la haute banlieue de Conakry. Et, il tombe sur un ordre d’arrivée de 5 chiffres dont le montant s’élève à 400 millions de francs guinéen. Le jeune parieur mise sur un deuxième ticket avec le même chiffres et il gagne également 400 millions ce qui fait 800 millions fg. Le lendemain il se rend au siège de la société de jeux d’hasard pour récupérer son du mais selon ses explications une main noire agisse dans l’ombre pour l’empêcher de récupérer son argent . Tout de même, qu’il va se battre jusqu’au bout pour son argent.

Témoigne !
« Je suis allé avec mon frère au siège de guineegams . Quand on est arrivé, ils ont introduit les tickets dans la machine pour vérifier finalement la machine me dit félicitation ! Les gens qui étaient là-bas ce dimanche nous ont dit si c’était 40 millions ou 100 millions nous allons te régler mais avec cette sommes là nous pouvons pas il faut revenir lundi. C’est ce que nous avons accepté. Le lundi nous sommes venus au siège encore il y a un monsieur qu’on appelle Condé c’est lui qui enregistre les numéros gagnants. Il nous ouvertement ces tickets là sont de la fraude. Je l’ai si c’est fraude pourquoi la machine a reconnu alors ? Mais malgré tout , il a enregistré les tickets à travers le passeport de mon frère. Moi je ne savais même pas s’il y a fraude dans guineegams. C’est ce qui veut dire que Antonio Souaré vit dans une société de fraude en Guinée. Je lance un appel aux autorités guinéenne de dire à Antonio Souaré de me donner mon argent. Il doit savoir que chaque vendredi je vais envoyer les colas chez les imams pour qu’ils demandent à Dieu de rendre justice entre Antonio Souaré et moi ».
Pour beaucoup des parieurs , cette complicité trouve sa source au sein de la société même.

Source:loupeguinee.com

    Leave a Reply

    Your email address will not be published.*