Guinée : Les professionnels de la santé s’engagent à sensibiliser les fonctionnaires à accepter les 5% de prélèvement mutuel

La Coalition Nationale des Professionnels de la Santé ( CONAPROS) et leurs alliés ont animé jeudi 27 août 2021 à la maison de la presse à Kipé une conférence pour le point sur le prélèvement des 5% du salaire des fonctionnaires et Situation des Cliniques Clandestines en Guinée.

 

Dans sa communication, le Directeur national des ressources humaines au ministère de la Santé Dr Faza Diallo a indiqué que la couverture santé universelle a pour objectif d’assurer à tous un accès des services de santé de qualité et de protéger l’ensemble des individus contre les risques de la santé et de l’appauvrissement attribuable à la maladie soit à raison de la maladie directe ou soit une perte de revenus .

« En Guinée après l’INAMO, c’est la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale pour les agents de l’État et ça doit finir à la base par les mutuelles de santé. Ce qui va nous permettre à ce que chacun puisse avoir un système de soins sans aucun paiement direct. Donc, pour ce qui est de l’INAMO, d’après les calculs, on n’a dit que la cotisation s’élève à 23%, l’État guinéen prend 18% et les fonctionnaires ne payent que 5% ».

« L’INAMO va avoir 8,75% et la Caisse nationale de prévoyance sociale 4,25%. Quels sont les soins qui sont pris en charge, il y a les soins ambulatoire, c’est-à-dire quelqu’un tombe malade, il fait une consultation simple et les prestations à la maternité pour les femmes fonctionnaires, les hospitalisations, les médicaments, le traitement, les évacuations sanitaires internes et externes et là le travailleur ne paye que 5% de son salaire », a mentionné Dr Faza.

 

Pour sa part, Dr Abdoulaye Kaba coordinateur de cette coalition a expliqué le problème concernant les professionnels de la santé en Guinée.

« Nous avons cherché à nous informer de la situation, mais ce qu’on n’a compris dans l’objectif premier, aujourd’hui dans tous les pays du monde entier, c’est d’aller vers la couverture santé universelle et ça c’est une étape très importantes d’aller vers cette couverture. Aujourd’hui, il y a des fonctionnaires qui sont dans les systèmes de santé qui ont bénéficié ces avantages, mais nous, au nouveau de la coalition, ont veux que les mêmes avantages ce répercute sur tous les professionnels de santé, c’est-à-dire que tu soit fonctionnaires ou pas. Le mécanisme est de faire en sorte que les mutuelles de santé émergents dans notre pays. Quand on sait que le taux de mutualisations dans le pays est trop faible et que c’est les mutuelles de santé seulement qui vont nous éviter à faire le pré-payement direct, imaginer vous que si quelqu’un tombe malade il va à l’hôpital pour les soins on le dit de pays ces médicaments, payé les examens et complémentaire, il peut payer plus que son salaire mais s’il accepte ces pré-payement directe sur son salaire, ça peut au moins diminuer à coup sûr de sa prise en charge. Donc nous voulons que l’État nous accompagne dans notre combat de mutualisation à outrage de la santé et la population de comprendre que c’est dans leur intérêt », demande t-il le coordinateur de CONAPROS.

 

Alass Sylla guineequotidien.com